La Fondation Omraam Mikhaël Aïvanhov est une association de droit canadien ayant pour objet de préserver

la mémoire et l’œuvre d’Omraam Mikhaël Aïvanhov. Elle n’est associée à aucune autre organisation ni aucun site quelconque.

Les investigations de Walter Farr

Written by Fondation Sunday, 10 May 2015 19:58

There are no translations available.

La condamnation de  Mikhaël Aïvanhov  en 1948  ne peut se comprendre sans prendre en compte le contexte  historique d'une époque troublée.

Au niveau international, c'est le début de la guerre froide. En Bulgarie, le Parti communiste a pris le contrôle total du pays et le mène à la stalinisation. La fraternité de Peter Deunov, décédé en 1944, est dissoute et ses membres pourchassés.

En France, le groupement créé autour de Mikhaël Aïvanhov connaît également des troubles. Du côté "spirituel" certains Bulgares récusent sa légitimité à transmettre l'enseignement de Peter Deunov. Du côté politique, les services secrets français craignent que l'association ne serve de couverture à l'infiltration  d'agents bulgares. Enfin, diverses "sociétés secrètes" (qui abondent alors dans la capitale française) considèrent avec méfiance la notoriété grandissante de cet enseignant étranger.

Dans ce contexte, l'arrestation et le procès de Mikhaël Aïvanhov  déclenchent bien sûr la presse  de l'époque,  toujours prête à stigmatiser les mouvements spirituels non institutionnels. Quelques analystes soulignent toutefois le rôle extrêmement trouble d'un personnage qui ne l'est pas moins, le "prince Cherenzi-Lind", dit également "Maha Chohan" ayant agi comme dénonciateur de Mikhaël Aïvanhov .

Après la condamnation de ce dernier, les journaux passent à d'autres scandales, mais un ancien correspondant de guerre, Walter Farr, suit l'affaire de plus près.

Walter Farr est  alors un journaliste britannique très respecté du quotidien anglais Daily Mail.  Il a notamment  couvert la libération du camp de concentration de Treblinka. Très proche des services secrets français, il est  correspondant spécial à Paris lorsqu'il publie, le 17 février 1950, l'article suivant :

dm

 

Agnès Lejbowicz parle de Mikhael Aivanhov

Last Updated on Sunday, 10 May 2015 22:39 Written by Fondation Sunday, 10 May 2015 17:45

There are no translations available.

Agnès Lejbowicz a accordé à la télévision bulgare une entrevue de trente minutes consacrée à Mikhael Aivanhov.

Nous en reproduisons ici l'intégralité.

L'entretien se déroule en bulgare, mais la présence de la traductrice permet de saisir toute l'intelligence, la simplicité et la sincérité de ce témoignage.

 

Dim lights

 

Page 1 of 13

«StartPrev12345678910NextEnd»

A thought a day!